L’implant est la solution préconisée par les dentistes lorsque la racine d’une dent ne peut plus être sauvée. Cette technique dentaire procure bien des avantages, notamment le rétablissement de la fonction masticatoire des dents mais aussi l’esthétique du sourire. Néanmoins, certains patients se posent des questions sur les risques liés à l’implant dentaire. Afin de les rassurer, nous allons exposer ci-après quelques infimes risques encourus et les solutions apportées par les praticiens.

Quels sont les risques de l’implant dentaire et quels sont les solutions ?

Selon  DRE JULIE CARON spécialiste des urgences dentaires à Anjou, le caractère invasif de l’implantologie est source d’appréhensions chez certains patients. Certes, certains risques existent mais les taux de réussite sont considérablement élevés.

Les bactéries

Lors de la pose de l’implant, la gencive sera ouverte. A ce moment, les bactéries peuvent s’introduire et toucher l’os de la mâchoire. Pour éviter ce risque, le praticien peut prescrire des antibiotiques avant et après l’intervention. Bien entendu, l’hygiène bucco-dentaire sera aussi de mise.

L’inflammation

L’acte d’implantation peut causer des inflammations. Un traitement anti-inflammatoire pourra être proposé par le dentiste le jour de l’opération et les quelques jours suivants pour les éviter. A part cela, le patient devra éviter es aliments agressifs ou ceux qui sont durs à mâcher.

L’implant cassé

L’implant dentaire dispose d’une racine en titane qui ne peut se briser. Par contre, le pilier qui sert de bouchon à l’implant est susceptible de se désolidariser. Ce risque est très rare étant donné que le dentiste est minutieux lors de la pose de la prothèse sur l’implant.

L’hémorragie

Dans les heures qui suivent l’opération, il se peut que le patient présente des saignements. Pour y remédier, certains gestes sont à adopter dont le fait de mordre  une compresse stérile. Si l’hémorragie ne s’arrête pas, il est recommandé d’aller voir le dentiste.

La perforation du plancher des fosses nasales

Il peut arriver que le praticien fore trop loin. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter si l’implant est stable dans l’os. Toutefois, le patient peut ressentir une certaine douleur après l’intervention. Ce type de perforation est assez rare car la qualité osseuse a déjà été préalablement examinée par le praticien. 

Les conditions requises pour bénéficier d’un implant

Outre les examens cliniques que le dentiste fait faire à son patient, il vérifie aussi certaines conditions. Premièrement, il faut que le patient ne présente pas de maladie parodontale. Dans le cas contraire, il faudra soigner au préalable ladite maladie et adopter une hygiène bucco-dentaire irréprochable durant les mois précédant l’implantation. Deuxièmement, il est primordial que l’os de la mâchoire soit solide. Si ce n’est pas le cas, le dentiste pourra proposer une greffe osseuse. Dans ce cas, la patience est de mise car la calcification de cette greffe peut prendre du temps, voire 9 mois. Troisièmement, les patients fumeurs devront arrêter de fumer au moins une semaine avant l’intervention et 2 mois après. Dans certains cas, l’opération sera déconseillée.

Catégories : La santé